Lisbonne Tourisme
LE GUIDE TOURISTIQUE DE LISBONNE

Lisbonne Tourisme


MONASTÈRE DES HIÉRONYMITES

Monastère des Hiéronymites, Lisbonne

Joyau du style manuélin, le monastère des Hiéronymites est, avec ses 300 mètres de façade, le symbole de la puissance acquise par le Portugal lors du règne de D. Manuel Ier, le Fortuné (1469 -1521). Il fut édifié sur un ancien ermitage, où les navigateurs, tels que Vasco de Gama, avaient coutume de prier la veille du départ pour de nouvelles expéditions. D. Manuel Ier, dont le règne coïncide avec cette période faste, sinon même l’apogée de l’histoire portugaise, en ordonna la construction en 1502 pour célébrer et remercier la Vierge pour avoir béni et permit de mener à bon port le périple de Vasco de Gama. La route maritime qu’il découvrit permit d’établir la première voie de communication directe entre l’Europe et l’Asie et de créer les bases de notre monde globalisé. C’est d’ailleurs dans l’église du monastère dédiée à Sainte Marie de Bethléem, que se situe le tombeau du légendaire héros portugais Vasco de Gama. À ses cotés se trouve celui du plus grand poète lusitanien, Luis Vaz de Camões, dont l’œuvre emblématique, Les Lusiades, chante les louanges, dans un poème épique de plus de 1000 strophes, de l’accomplissement du voyage de Vasco de Gama mais aussi des périples de plusieurs générations de portugais qui permirent au Portugal « lieu où la Terre finit et l’infini commence » « d’offrir de nouveaux mondes au monde », selon les mots de l’écrivain.

Classé au patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO, ce monastère, dédié à l’ordre de Saint-Jérôme (Jerónimos) cher à D. Manuel Ier, devait permettre au souverain d’asseoir et de confirmer la puissance sans équivalent acquise à l’époque par son pays notamment aux yeux de ses concurrents européens. Important élément de divulgation de ces prouesses, le monastère tout entier est tapissé de symboles maritimes, végétales et animaliers, entre autres. Ce style gothique tardif, dit manuélin, est composé d’éléments faisant référence à la flore et à la faune des contrées exotiques découvertes et appartenant alors à la couronne, mais aussi à toute une héraldique dont la croix de l’ordre du Christ qui finança les découvertes lusitaniennes, et la sphère armillaire, symbole de D. Manuel Ier, qui évoque l’universalité de son empire, s’étendant du Brésil au Japon, et qui figure aujourd’hui sur le drapeau portugais.

C’est d’ailleurs D. Manuel Ier et D. Leonor que l’on retrouve sculptés à l’entrée de l’église. Le cloître de deux étages est considéré comme l’un des plus beaux au monde et est un chef d’œuvre de l’architecture manuéline. Il fut le théâtre de deux évènements forts de l’histoire contemporaine portugaise : la signature du Traité d’adhésion du Portugal à la Communauté Économique Européenne en 1986 et plus récemment, en 2007, la signature du fameux Traité de Lisbonne réformant les institutions de l’Union Européenne. L’église du monastère, dans laquelle se situent les tombeaux des descendants de D. Manuel Ier, est unique en son genre. C’est en effet une église dite « en salon » ayant cette particularité d’avoir une nef dont la hauteur est la même que pour les bas-côtés. Ce qui permet de mettre en valeur ses gigantesques colonnes octogonales, fines et élégantes qui soulignent la structure et dont la finition en arrêtes propres au style manuélin transportent le visiteur jusqu’au beau milieu d’une palmeraie d’une quelconque contrée découverte par ce peuple de navigateurs. Autre curiosité de l’endroit, le tombeau de D. Sebastião, le Désiré (1557-1578), « arrière petit-fils » de D. Manuel soutenu par deux éléphants et qui est situé dans une des chapelles rayonnantes, est vide. En effet, le jeune roi D. Sebastião voit son règne brusquement s’interrompre par une défaite, aux conséquences nationales et internationales sans précédents, lors de la célèbre Bataille de Alcácer Quibir ou des Trois Rois en 1578. Le jeune roi, alors âgé de 24 ans, décida de renouer avec les premiers objectifs de l’expansion portugaise et de repousser au plus loin les frontières de la chrétienté en Afrique de Nord, nommée à l’époque : Algarve d’outremer. Mais les forces portugaises misent en œuvre ne suffirent pas à contrer l’ennemi et non seulement la bataille fut perdue, mais plus important : on ne retrouva jamais le corps du jeune roi. Ne laissant aucun descendant direct, la disparition du souverain ouvrit au Portugal une crise majeure pour la succession entre 1578 et 1580, jusqu’à ce que Philippe II de Castille, cousin de D. Sebastião se déclara héritier de le couronne de Portugal et ajouta alors à son titre celui de Philippe Ier, roi de Portugal, des Algarves, de l’Ici et de l’Au-delà des mers en Afrique, Seigneur de Guinée et de la Conquête, de la Navigation et du Commerce de l’Éthiopie, en Arabie, en Perse et en Inde, titre portée alors par les rois de Portugal.

Hormis la visite de l’édifice en tant que telle, le monastère abrite des expositions temporaires, le Musée de l’Archéologie et le magnifique Musée de la Marine.

Adresse Praça do Império
Phone 213 620 034



Booking.com